Bandeau-Image-VAE-Guide-Pratique

Jury de validation


Ces définitions et mots-outils sont indispensables pour créer les opportunités d'exprimer ses acquis, comprendre la logique de la VAE, interroger ses situations de travail, rédiger le livret (dossier) de validation.

Les thématiques à étudier sont similaires quel que soit le type de diplôme visé (sciences, droit, technologie, finance, sciences humaines et sociales, santé, sport,…).
En cela la procédure est modélisable.


Instance désignée et seule habilitée à valider intégralement, partiellement ou pas du tout, le diplôme visé par le candidat à la suite de l’analyse des acquis issus de ses expériences. Cette analyse constate l'étroitesse des rapports entre le diplôme et le contenu et le niveau des expériences du candidat.

C'est au candidat à expliciter de façon probante l'étroitesse des liens. Cet exercice repose essentiellement sur une argumentation écrite. L'argumentation est illustrée par des études de cas extraites du vécu de référence du candidat. Plus le niveau du diplôme est élevé, plus les études de cas, doivent révéler les processus cognitifs sous-jacents aux actions.

Autrement dit, étudiez le diplôme visé comme vous étudiez méthodiquement un cahier des charges et faites coïncider chaque attendu avec vos acquis. Vous tentez de valider un diplôme pas un référentiel métier, ou une fiche de poste.

Si l'expression des acquis est incomplète ou lacunaire, le jury n'est pas en situation faire son constat, donc de valider les acquis du candidat.

Evaluer les savoirs académiques d'un étudiant et évaluer les savoirs issus de l’expérience d'un professionnel sont deux exercices très différents. Les risques d'incompréhension entre le jury et le candidat sont grands, d'où l'extrême importance à apporter à la juste expression des indicateurs de compétence .
L'exercice remet aussi en cause les membres du jury.

Les décisions du jury sont souveraines. Voir le chapitre jury de validation .